George Tjungurrayi

George est né vers 1947. Il est amené à Papunya avec d’autres Pintupi en 1962, vivant avant cela de façon nomade et très traditionnelle, sans contact avec l’homme blanc. George est aujourd’hui un initié hautement respecté, l’un des doyens des Pintupi et l’un des artistes les plus influents. Il nous offre ici un bel exemple de ces compositions aux effets cinétiques. George est né vers 1947. Il est amené à Papunya avec d’autres Pintupi en 1962, vivant avant cela de façon nomade et très traditionnelle, sans contact avec l’homme blanc. George est aujourd’hui un initié hautement respecté, l’un des doyens des Pintupi et l’un des artistes les plus influents. Ses œuvres sont visuellement très attractives et dégagent une impression de puissance et d’équilibre. Les compositions de Georges s’articulent autour de formes géométriques simples. Il utilise le plus souvent seulement deux teintes sur une toile renforçant encore le côté cinétique, créant un effet pulsatile. Cette toile de 2003 mêle comme c’est parfois le cas chez George, les cercles si présents dans les peintures aborigènes et les lignes dont George est l’un des maîtres. Sa personnalité, ses connaissances et son carrière d’artiste international font de lui l’un des leaders pintupi. collections : Musée du Quai Branly National Gallery of Victoria Art Gallery of South Australia, Adelaide Museum of Victoria, Melbourne Queensland Art Gallery, Brisbane Queenland Univeristy Art Museum. Brisbane Artbank, Sydney Supreme Court of Northern Territory, Darwin Auckland Art Gallery, New Zealand Robert Holmes a Court Collection, Perth Kelton Foundation, Los Angeles, University of Virginia, America

GERALDINE GRANITES NAPANGARDI

GERALDINE GRANITES NAPANGARDI Le pays figurant dans cette peinture est la région de Purturlu (Mt Theo). Ngalyipi (liane serpent [Tinospora Smilacina]) est souvent représenté dans les peintures contemporaines Warlpiri par des lignes courbes et possède une grande signification cérémonielle pour les warlpiri. Les femmes Napanangka / Napangardi et les hommes et Japanangka / Japangardi sont les gardiens de ce Rêve sur ce site. Geraldine Granites Napangardi est née et a vécu toute sa vie à Yuendumu. Géraldine est la fille d'Alma Granites Nungarrayi, et la petite-fille de Paddy Japaljarri Sims (DEC) et Bessie Sims Nakamarra: deux des artistes les plus influents du désert du Tanami. Géraldine a commencé à peindre au centre il ya deux.

Geraldine Napururrla Langdon

Geraldine Napururrla Langdon est née en 1968. Elle est la fille d'Amy Napaljarri Dixon et la petite-fille de Liddy Napanangka Walker (1925-2017), artiste majeur de Yuendumu à qui la galerie a consacré un catalogue. Elle a passé son enfance à Alice Springs et est allée à l'école locale. À l'âge de seize ans, elle s'installe à Yuendumu, une communauté aborigène ou vivait sa grand mère et termine ses études à l'école secondaire de Yuendumu. Elle est mariée à Jimmy Langdon et a 2 garçons et 2 filles. Geraldine a commencé à peindre en 1996. Elle s'inspire de plusieurs Rêves dont Janganpa Jukurrpa (Bushtail Possum) – Mawurrji, Lukarrara Jukurrpa (Rêve de Graines Sauvages) et Yarla Jukurrpa (Rêve de la Patate Sauvage). «Quand je suis en train de peindre mes« rêves », je me sens satisfaite. Mes «rêves» me rendent heureuse. » Ici elle raconte l’histoire d’un ancêtre Jangala, Graine Sauvage, ‘waya-warnu’ (Acacia tenuissima), qui s’est rendu au sud d’une petite colline appelée Ngurlupurranyangu à Yamunturrngu (mont Liebig). Au cours de son voyage, il a ramassé les graines de «waya-warnu» et les a placées dans des «parrajas» (plateau traditionnel en bois), qu’il portait sur la tête. Quand les gens revenaient dans leur camp après avoir collecté les graines, ils fabriquaient de grands brise-vent pour s'abriter et vannaient la graine à la fin de l'après-midi. La graine immature de ‘wayawarnu’ est moulue en une pâte et peut être utilisée pour traiter les maux d’estomac. La cérémonie associée au "waya-warnu" consiste en la préparation d’une grande peinture au sol. Ce Rêve / Jukurrpa appartient aux femmes Nampijinpa / Nangala et aux hommes Jampijinpa / Jangala.

Glen Namundja

Glen (Glenn) Namundja Oenpelli – Terre d’Arnhem Occidentale - Groupe Kunwinjku Glen (ou Glenn) Namundja vit dans la communauté de Gunbalanya (Oenpelli). Il est né en 1963. Sa carrière de peintre a commencé avec la création du centre d’art en 1989. Cependant, sa formation artistique a commencé beaucoup plus tôt sous la tutelle de son père, le célèbre et respecté artiste Peter Marralwanga. Marralwanga et un autre initié, Billy Yirawala ont eu une influence artistique mais aussi spirituelle sur Glen. Il est aujourd’hui un artiste complet, pas seulement un peintre mais aussi un graveur et un sculpteur. Ces dernières années il a connu un certain succès, multipliant les participants aux expositions, les sélections pour les prix artistiques. Il ne s’est pas contenté de reproduire des œuvres figuratives associées aux traditions de son peuplent mais s’est aussi engagé vers un art plus abstrait ou parfois jouant entre figuration et abstraction, tout en puisant dans le corpus traditionnel. Il a ainsi remporté le prix de la meilleure écorce lors du fameux Testra Award. Prix: 2007 Finalist, National Aboriginal Torres Strait Islander Art Award 2008 Finalist, Highly Commended and Acquired National Aboriginal Torres Strait Islander Art Award 2009 Highly Commended, West Australian Premier's Art Awards 2009 Finalist, Togart Contemporary Art Award (acquired) 2009 Winner, Works on Paper category National Aboriginal Torres Strait Islander Art Award 2010 Winner, Works on Bark category National Aboriginal Torres Strait Islander Art Award Collections : National Gallery of Victoria,

GLORIA NAPANGARDI GILL

Gloria Napangardi Gill est née en 1975 à Derby, en Australie Occidentale. Elle a passé sa jeunesse à Balgo, une communauté aborigène isolée située dans l'ouest de l'Australie, liée à la fois au Grand Désert de Sandy et au Désert de Tanami. Elle est allée au collège catholique de Nulungu à Broome, puis a fréquenté le centre d'éducation des adultes de Balgo, où elle a appris les techniques de la vie courante. Elle a travaillé au programme des personnes âgées à Balgo avant de déménager en 1997 à Nyirripi. Elle peint depuis 2010. Elle aime peindre les histoires associées aux Rêves de son grand-père, en particulier ceux du site sacré de Lappi Lappi, près du lac Hazlett, au nord-ouest du lac Mackay. Ces histoires lui ont été transmises par son père et le père de son père avant lui pendant des millénaires. Ce Rêve appartient aux femmes des sous-sections Nakamarra / Napurrurla et aux hommes Jakamarra / Jupurrurla. Ce rêve est associé à un endroit appelé Jaralypari, au nord de Yuendumu. Lukarrara est une plante avec une graine comestible. Les graines sont traditionnellement broyées sur une grosse pierre («ngatinyanu») avec une pierre plus petite («ngalikirri») pour la fabrication de la farine. Cette farine est mélangée à de l’eau (‘ngapa’) pour former des pains chauds cuits et consommés. Les grands cercles concentriques représentent souvent le site de Jaralypari ainsi que les plantes Lukurrara. Les formes en «U» peuvent représenter la Karnta (femmes) collectant le «lukarrara» et les lignes droites sont fréquemment utilisées pour représenter les graines tombées au sol. Elles sont également collectées par les femmes à l'aide de leurs «parrajas» (plateau en bois) et de «karlangu» (bâtons à fouir). Mais Gloria donne souvent une interprétation assez contemporaine de ce sujet.

Gracie Ward Napaltjarri

Grace Ward Napaltjarri sans titre Acrylique sur toile Ethnie Pintupi – Désert occidental Elle est la fille de George Ward Tjungurrayi, l’un des maîtres pintupis. Elle est née en 1971 ou 1973. Elle se met à peindre en 2004 sous les instructions de son père mais aussi de sa mère, Nangawarra Ward Napurrula, certes moins célèbre que son mari mais néanmoins une artiste connue qui possède un style méticuleux. Son style mettra plusieurs années à s’affirmer. Au début, le style n’est pas assez personnel pour se faire un nom mais elle fait ses classes, prenant de plus en plus de recul et maîtrisant de mieux en mieux les techniques, la juxtaposition des couleurs et le sens de l’espace. Fin 2009, sa peinture évolue pour donner naissance à une peinture chaude, colorée avec une technique soignée, maîtrisée complètement (la réalisation se fait uniquement à l’aide de pics à brochettes, sans utiliser la brosse, même pour les cercles ou les bandes assez larges). Elle passe son temps entre Warakurna et Alice Springs.

Gwenda Turner Nungurrayi

Gwenda Turner Nungurrayi Gwenda est née en 1978 sur les terres de la ferme d’élevage de Mt Allan (communauté aborigène de Yuelamu, située à environ 50 km de Yuendum). Gwenda est issue d’une famille qui compte des artistes célèbres : elle est la fille de Maureen Hudson Nampitjinpa, la nièce de Jean Nampitjinpa et sa belle-mère est Nancy Martin Napangardi. Le style de Gwenda Turner rappelle celui de sa mère Maureen Hudson, ce qui n'est pas surprenant puisque Maureen a transmis ses histoires directement à ses deux filles, Gwenda et Jillian, qui ont commencées très tôt à peindre, 15 ans pour Gwenda. Dans ses peintures, Gwenda décrit l’environnement de « son pays ». Alors qu’elle était encore jeune elle a arpenté cette région, se familiarisant avec le bush, incorporant les connaissances qu’elle transmet aujourd’hui dans ses peintures. Les différentes saisons, les sources de nourriture, les couleurs du bush l’inspirent. Mais c’est surtout sa grande maîtrise technique, la volonté de montrer cette précision, cette faculté de peindre des motifs très différents qui interpellent les amateurs.

Hector Jandany

HECTOR JANDANY JOONGOORRA (Ethnie Gija – né vers 1927/29) Hector est certainement l’un des personnages les plus intéressants du Kimberley. Aujourd’hui l’un des doyens de la communauté de Turkey Creek (et l’un des derniers artistes de cette génération), initié hautement respecté, il est un personnage complexe. Fortement influencé par le christianisme et dans le même tant initié aux connaissances tribales importantes (il ferait aussi office de guérisseur et aurait une grande connaissance des plantes et de leurs propriétés), il possède ses propres croyances à la frontière entre ces 2 mondes. D’ailleurs Hector commence à peindre en 1979 avec le soutien de la mission catholique de la communauté. Il y peint des histoires traditionnelles avant de présenter le résultat aux enfants de l’école afin de leur enseigner leur culture. Comme beaucoup d’Aborigènes de cette génération, Hector a connu une vie difficile. Sa grand-mère et son père ont été tués par des blancs. Les œuvres de Hector sont un reflet de sa personnalité. Son style est différent des autres artistes de Turkey Creek. Les thèmes sont variés (Rêve ou description de paysages à la manière des Gija avec une prédominance des histoires lièes aux sites de la région de Ngarrgooroon, située au Nord des fameux Bungle Bungle (Purnululu pour les Aborigènes) mais les tons très doux et très sombres qu’il utilise ainsi qu’un certains minimalisme donnent à ses œuvres un côté métaphysique, étrange et en tout cas parfaitement identifiable. En 1995 il se lance dans la réalisation de gravures. Hector est un artiste réputé dont les œuvres se trouvent dans d’importantes collections privées et publiques : Australia National Gallery, National Gallery of Victoria, Holmes à Court Coll, Berndt Museum, Northern Territory Unversity Coll, Kerry Stockes coll,… . Il a remporté un prix artistique important en 2001.

IDA GRANITES NANGALA

IDA GRANITES NANGALA Ida est une leader warlpiri qui est capable de peindre de nombreux thèmes. Ici il se focilse sur le Rêve d’Eau dont elle est la gardienne, le tout dans un style très classique. Elle est mariée à Rex Granites Japanangka, également un homme de loi important.

Jack Britten

JACK BRITTEN (JOOLAMA) (né en 1925 – 2002 - Gija) Jack est né en 1925, une période néfaste pour les Aborigènes du kimberley qui voient les hommes blancs arrivant en masse à la recherche d’or. C’est une période de massacre et Jack s’en souviendra toute sa vie. Son nom aborigène est Warngayirriny (une sorte de miel sauvage) et il fait référence à un Rêve important pour sa famille. Il porte également le nom de « Yalarrji » qui est le nom d’un site sur lequel il a campé longtemps avec sa famille. Son nom européen Britten lui a était donné par un blanc, Ted Britten, qui l’a en quelque sorte adopté et protégé. Jack peint depuis son plus jeune âge. Ses grands parents lui ont enseigné la peinture et la gravure traditionnelles. Ils fabriquaient alors quelques petits objets qu’ils peignaient avec de l’ocre qu’ils mélangeaient à du sang pour fixer les pigments plus durablement. Mais il va commencer à peindre pour le marché de l’art qu’en 1979. Jack peint essentiellement des paysages en perspective et il est surtout connu pour ses peintures des monts Bungle Bungle (Purnululu). Il décrit parfois les motifs corporels et les Rêves qu’il tient de sa mère. Il découpe parfois sa toile en quatre parties. Pour peindre, Jack utilise un noir-sépia très spécial. Ses peintures sont parfaitement identifiables à la mesure du personnage, pleine de force et d’une grande beauté. Il a également réalisé des gravures. Jack dit qu’il peint sous une espèce d’impulsion divine (« The Spirit urges me to do this »). Jack s’était installé peu avant sa mort sur le lieu de naissance de sa mère, Wurreranginy, une « outstation » dont il était le leader et situé à quelques 35 Km de Warmun / Turkey Creek. Son autorité morale, l’énergie qu’il a mis à aider les jeunes artistes, les prix qu’il a remporté (en 1992, National Aboriginal Art Award notamment) font de Jack Britten un des plus importants artistes aborigènes. Ses œuvres sont présentes dans presque toutes les grandes institutions artistiques australiennes. Collections : National Gallery of Australia, National Gallery of Victoria, Art Gallery of Western Australia, Art Gallery of New South Wales, Art Gallery of South Australia, Araluen Art Centre, Holmes a Court, Museum and art Gallery of the Northern Territory, Kerry Stokes, Fondation Kelton (USA), Gifu Museum (Japon), Artbank,…

Jack Dale

JACK DALE (Ethnie Ngarinyin) Jack Dale est aujourd’hui un des doyens de son ethnie, les Ngarinyin, qui vivent tout au Nord du Kimberley, une région isolée et difficile d’accès. C’est la région des Esprits Wandjina, les Esprits de la Pluie. Il est parfois appelé « Grand Old Man of the Kimberley ». Il est probablement né vers 1920 /1930, dans le bush. Il a perdu son père, un homme blanc d’un tempérament très violent, alors qu’il était tout jeune et est élevé par la famille de sa mère. C’est là durant cette période que son grand-père lui enseigne la vie de chasseur cueilleur. Il est considéré comme l’un des tous derniers à connaître la myriade d’Esprits Wandjina et leurs histoires. Comme tous les enfants métis, Jack a vécu son enfance dans la peur d’être enlevé par les forces de police. En effet, à cette époque, des lois obligent les enfants métis a être élevés parmi les blancs, en général dans des institutions prévues à cet effet où la liberté n’existe pas et où les conditions de vie sont difficiles pour des enfants. Cependant Jack, en temps qu’Aborigène, est parfaitement adapté à son milieu et les conditions climatiques du Kimberley sont très difficiles. C’est pourquoi il trouve sans difficulté à se faire embaucher comme gardien de troupeau dans des fermes qui lui procure par la même occasion une protection efficace contre la police. La vie de Jack Dale est le reflet de l’histoire du Kimberley. Depuis quelques temps Jack tente de faire connaître sa culture. Il le fait à travers son art. Jack est un artiste très doué. Il peut peindre des cartes de « son » Pays à la manière de Rover Thomas ou Freddie Timms, les esprits Wandjina ou les « Argulas » (sa femme Biddy Dale est célèbre pour ses compositions sur ce thème). Il est capable de peindre ou de construire de grands panneaux servant pour les rituels (ils sont portés sur les épaules des officiants). Quelques années avant sa mort il connaît le succès. « I have foot-walked this country plenty of times. This is a proper dreaming place. I never get lost. Toyotas, they just makes tracks” Jack Dale

JANET GOLDER KNGWARREYE

JANET GOLDER Ethnie Anmatyerre – Désert central – Communauté d’Utopia Janet est née en 1973 sur les terres de la communauté d’Utopia. Elle compte dans sa famille des membres éminents de ce mouvement pictural. Son mari, Ronnie Bird est aussi artiste (sa mère est Ada Bird Petyarre, sœur de Gloria et Kathleen Petayrre, toutes 3 des artistes très célèbres). Elle commence à peindre en 1997 en décrivant les différents aspects de l’Awelye, un cycle de cérémonies associées à la fertilité de la terre et comprenant des danses, des chants et des motifs. Elle s’inspire aussi bien des peintures corporelles, une thématique récurrente chez les artistes femmes d’Utopia mais aussi des différentes sources de nourritures (« bush tucker » dont on a des aspects profanes et d’autres sacrés) ou des plantes médicinales (thème popularisé par Gloria Petyarre), du Rêve d’Emeu, le Rêve d’Igname,…. Parfois aussi, dans un style à la fois audacieux et très technique, très précis, elle mixe les différents thèmes sur une seule toile,

Janet Long Nakamarra

Janet Long Nakamarra Janet Long Nakamarra est née en 1960 dans le bush, près de la communauté Willowra en Australie centrale. Elle a grandi en vivant un mode de vie traditionnelle avec sa famille. Janet est la fille de l'artiste Nora Long Nakamarra, soeur de Doreen Dickson Nakamarra et demi-soeur de l'artiste bien connu et talentueux Malcolm Maloney Jagamarra. Après avoir quitté l'école, elle a commencé à aider les aînés de la communauté à produire des livres en langue Warlpiri tout en étudiant également en tant que professeur. Ces livres "Warlpiri Women's Voices" ont été traduits en anglais et en warlpiri. Grâce à son travail acharné et à sa détermination, elle a acquis le statut de linguiste auprès de son peuple et a commencé à enseigner à l'école Willowra. Elle a commencé à peindre en 1989 sur de petits formats lorsque le magasin communautaire a commencé à stocker des fournitures d'art pour les artistes qui y résidaient. Mais c’est surtout son frère qui la pousse dans cette voie. En 2003, après une période d’approfondissement des connaissances tribales, les anciens lui ont donné la permission de peindre des histoires sur le thème du Rêve d’Eau (Ngapa). Dans ces peintures, Janet dépeint le débit des eaux souterraines à Warntapari. C'est un lieu où des cérémonies sont effectuées. Ses peintures sont très précises et très riches en détails avec des points très fins. Elle utilise une vue topographique du terrain pour relier les cours d'eau et les déplacements que ses ancêtres ont dû faire pour assurer leur survie et leur accès à l'eau. Parmi les autres sujets des œuvres de Janet, citons Ngapa, Witchetty Grub, Snake, Frog, Women 's Ceremony et Seed Dreamings, Bandicoot Dreaming et Yawulyu (peintures corporelles). Pour les femmes Warlpiri d’Australie centrale lors des cérémonies d’hommage aux ancêtres, les femmes peignent le haut de leur corps, leurs bras et leurs poitrines avec des matifs réalisés avec de l’ ocre. Les marques elles-mêmes symbolisent les actions des ancêtres. Janet voit dans sa peinture un moyen d'enseigner aux gens sa culture. Lapluie arrive parfois dans le désert de Tanami. Elle gonfle alors les creeks asséchés, inonde les les billabongs et zones argileuses. Le Warlpiri vivait autrefois près des points d’eau importants jusqu'à ce qu'ils s’assèchent. Lorsqu’il n’y avait pas d'eau en surface, ils creuseraient des trous pour la trouver. Elle étudie aussi le droit et sert d’interpréte souvent. Collections: National Gallery of Victoria, Melbourne Art Gallery of New South Wales, Sydney Australian Embassy, New York Berndt Museum of Anthropology, University of Western Australia. The Kelton Foundation, Santa Monica, U.S.A.

Janice Petrick Kemarre

Janice Petrick Kemarre Janice est née vers 1965 / 1966. Elle est la flle de Josie Petrick, une artiste d’Utopia qui a connu un certain succès dans les années 2000.